Noushine, la 86e femme exécutée sous Rohani en Iran

Une jeune femme identifiée comme étant Noushine, âgée de 25 ans, a été pendue le samedi 22 décembre 2018, selon l’agence ROKNA.

On ne sait pas dans quelle ville et dans quelle prison l’exécution a eu lieu.

La jeune femme avait été interrogée par un journaliste des médias officiels alors qu’elle attendait dans la cour l’exécution de sa peine.

Noushine a été reconnu coupable du meurtre d’un homme, Soheil, qui avait promis de l’épouser, mais qui en a profité pour la brutaliser, la faire chanter et la forcer à avoir des relations sexuelles avec ses amis. (Agence ROKNA, 22 décembre 2018)

Noushine l’a fait pendant un mois avant de décider d’arrêter cette situation en tuant l’homme qui la forçait à le faire.

Noushine est la 86e femme à être exécutée sous la présidence de Rohani.

Elle n’est pas la première victime de violence à être exécutée pour avoir défendu sa dignité.

Les femmes iraniennes victimes de violence ne reçoivent aucun soutien du gouvernement. Elles sont soit forcées de rentrer chez elles avec le même mari qui les bat, soit condamnées à l’exécution, soit punies en nature, si elles commettent un meurtre en état de légitime défense.

Reyhaneh Jabbari, décoratrice d’intérieur, a été exécutée le 25 octobre 2014, après sept ans d’emprisonnement pour s’être défendue contre un haut fonctionnaire du ministère du Renseignement qui tentait de la violer.

Au moins une dizaine de femmes s’attardent dans le couloir de la mort à la prison de Qarchak à Varamine pour avoir réagi en état de légitime défense contre la violence. Une situation similaire existe dans d’autres prisons iraniennes où de nombreuses femmes condamnées pour meurtre ont agi en état de légitime défense face à la violence dont elles ont été victimes.

Source : https://facebook.com/story.php?story_fbid=2001212686622723&id=903706633040006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *